Absentéisme scolaire : la suppression des allocations familiales adoptée à l'Assemblée

Publié le par être parent tout simplement

Article paru dans midi-libre le 29/06/2010


L'Assemblée nationale a adopté mardi 29 juin 2010 en première lecture, par 287 voix contre 216, la proposition de loi UMP visant à suspendre les allocations familiales, après « un premier avertissement », pour lutter contre l'absentéisme scolaire.


Le texte du député Eric Ciotti répond à un voeu plusieurs fois exprimé par le président Nicolas Sarkozy, qui a souhaité l'entrée en vigueur du dispositif à la prochaine rentrée scolaire. L'opposition a voté contre ce texte, également dénoncé par les principaux syndicats d'enseignants et la première fédération de parents d'élèves, la FCPE.

« Vous faites payer aux plus démunis votre renoncement à l'égalité des chances ! », s'est écrié le socialiste Yves Durand. « Vous tapez

encore plus fort sur ceux qui sont déjà victimes de votre politique ». Marie-Hélène Amiable (PCF), mettant en avant les 60.000 suppressions de postes dans l'Education nationale depuis 2003, a accusé « la majorité de tout ignorer des causes réelles de l'absentéisme scolaire ». « Le remède » préconisé par Eric Ciotti « ne fera  que stigmatiser davantage les familles en grande difficulté », a-t-elle dit.

La proposition de loi prévoit une réponse graduée. Lorsque le chef d'établissement constate l'absentéisme de l'élève, au moins quatre demi-journées d'absence non justifiées en un mois, il le signale à l'inspecteur d'académie.

Ce dernier adresse alors un avertissement à la famille et « l'oriente vers des dispositifs d'aide » Parallèlement, il saisit le président du conseil général afin que soit mis en place un contrat de « responsabilité parentale ». Si, au cours du mois suivant, l'absentéisme de l'élève est à nouveau constaté, l'inspecteur d'académie a alors « l'obligation » de saisir le directeur de la CAF qui suspendra le versement des allocations familiales.

Si l'enfant retrouve le chemin de l'école et que son « assiduité » est constatée, le versement des allocations peut alors être rétabli.

Publié dans REVUE DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article