DOSSIER SECURITE - Article l'express.fr : la FCPE donne son avis

Publié le par être parent tout simplement

Brigades mobiles de sécurité
"C'est une rustine sur un pneu crevé"

Par Caroline Politi, publié le 05/10/2009

 

La Seine-Saint-Denis inaugurait ce lundi la première brigade mobile de sécurité. Un dispositif qui laisse sceptique Michel Hervieu, vice-président de la FCPE- la première fédération de parents d'élèves.

AFP/PHILIPPE HUGUEN

Pour Michel Hervieu, ces brigades mobiles "risquent d'inquiéter et de culpabiliser les jeunes".

 

La première brigade mobile de sécurité vient d'être inaugurée au lycée Jean-Zay d'Aulnay-sous-Bois. Pensez-vous que cela permettra de réduire la violence dans les établissements scolaires?

 

Malheureusement je ne pense pas que ces brigades changeront quoi que ce soit. C'est simplement un effet d'annonce. Dix personnes ne peuvent pas résoudre, à eux seuls, la violence scolaire. On ne peut pas traiter ce problème dans sa globalité, il faut faire du cas par cas. Les difficultés ne sont pas les mêmes d'un établissement à l'autre, les réponses à apporter varient donc tout autant.

 

Mais les brigades ne sont-elles pas un premier pas pour permettre aux élèves d'étudier dans de bonnes conditions ?

 

J'espère mais je suis sceptique. Il faut prendre le problème en amont pour que la violence ne s'instaure pas dans les établissements scolaires. Ces brigades mobiles de sécurité sont une rustine sur un pneu crevé. Pour permettre aux collégiens et aux lycéens d'étudier dans de bonnes conditions, il faut s'appuyer sur un personnel formé, habitué à travailler avec les jeunes tels que les professeurs, les pions ou les conseillers d'éducation. Or, aujourd'hui, il y a un paradoxe: on diminue le personnel scolaire mais on crée ces brigades contre la violence.


Que préconise la FCPE pour améliorer l'environnement scolaire ?

 

Ces brigades mobiles risquent d'inquiéter et de culpabiliser les jeunes. Nous pensons, au contraire, qu'il faut les informer et les responsabiliser sur cette question. Pour nous, le plus important est de recréer le dialogue au travers, par exemple, des comités de vie lycéenne. Il faut travailler ensemble pour apporter une réponse durable à ce problème.

Publié dans REVUE DE PRESSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article