Modes d' accueil et scolarisation des jeunes enfants

Publié le par être parent tout simplement

Mes commentaires : On pourrait croire que depuis toujours, la priorité était l'accueil du jeune enfant dans les meilleures conditions possibles puisque c'est notre avenir et surtout que les premiers échanges comptent énormément. Mais finalement aujourd'hui nous réduisons le taux d'encadrement car accueil enfant a été réduit à = garde d'enfants. Nous n'élevons plus les jeunes enfants, nous les gardons simplement alors pourquoi autant d'encadrement !! En tant que parents et professionnels aussi, nous ne pouvons accepter ces propositions qui réduisent le travail autour des jeunes enfants à de la légèreté et de l'irrespect de ceux et celles qui font des études pour mieux comprendre et accompagner ces tout-petits.




De nombreux signataires (associations et syndicats) dénoncent :

- du projet de diminuer la proportion des professionnels les plus qualifiés (éducateurs de jeunes enfants, puéricultrices et auxiliaires de puériculture) dans les établissements et services d’accueil des jeunes enfants (crèches, multi-accueils…) ;

- de l’extension des capacités maximales d’accueil des assistantes maternelles de trois à quatre enfants et de la création de regroupements d’assistantes maternelles pouvant accueillir jusqu’à 16 enfants sans aucune règle collective de fonctionnement ;

- de la création expérimentale de 8000 places de jardins d’éveil d'ici 2012 pour les enfants de deux à trois ans, prévoyant un taux d’encadrement d’un adulte pour 8 à 12 enfants au lieu d’un pour 8 enfants du même âge actuellement pratiqué dans les crèches ;

- de la perte de 68 000 places depuis 2000 pour cette tranche d’âge en école maternelle du fait des suppressions massives de postes d’enseignants, qui pourrait augurer d’une attaque plus globale contre l’école maternelle, malgré les propos du ministre de l'Education nationale..

Il en résulte :

- une atteinte inadmissible à la qualité d’accueil des enfants. En effet, selon de nombreuses études réalisées en France et à l’étranger, celle-ci serait liée à un ensemble de critères prenant en compte les niveaux de qualifications professionnelles, les taux d’encadrement, la taille restreinte des groupes d’enfants ainsi que des temps de réflexion sur les pratiques, qui favorisent une prise en compte de l’enfant et de sa famille dans une relation individualisée ;

- une croissance annoncée des capacités d’accueil, sans garantie d’une augmentation correspondante du personnel qualifié auprès des enfants ;

- une pénalisation financière supplémentaire pour les familles concernées, si le taux de scolarisation des 2-3 ans régresse.

- la pérennisation d’une situation où plus de la moitié des familles demeurent privées de tout véritable choix, ce qui conduit de nombreuses femmes à adopter une solution contrainte de retrait du marché du travail.

Pour lire la suite : http://www.pasdebebesalaconsigne.com/

Publié dans DROIT DE REPONSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article