Chagrin d'école

Mes commentaires : ce livre dépeint la façon dont on peut se saisir de l'apprentissage même si on "démarre mal". A l'école, il y a toujours une personne, un enseignant, un prof qui va repérer en l'enfant, chez le jeune un potentiel parce qu'il n'y verra pas d'enjeu individuel avec lui-même ou de recherche de provocation gratuite mais plutôt un enfant à qui on n'a pas toujours su dire que tout le monde peut réussir... Daniel Pennac nous évoque son passé lorsqu'il était l'enfant cancre, lorsqu'il est devenu prof et aujourd'hui ses passages dans les établissements pour échanger avec les élèves. Bien sûr c'est de lui dont il parle mais s'il fallait en tirer quelque chose de clair et de concis, peut-être serait-ce en effet, que tout à chacun, il y a du potentiel, encore faut-il qu'il soit développé par l'assurance donnée, la confiance accordée et l'écoute apportée.



De Daniel Pennac, Gallimard, octobre 2007

"Chagrin d'école", dans la lignée de "Comme un roman" , aborde la question de l'école du point de vue de l'élève, et en l'occurrence du mauvais élève. Daniel Pennac, ancien cancre lui-même, étudie cette figure du folklore populaire en lui donnant ses lettres de noblesse, en lui restituant aussi son poids d'angoisse et de douleur. Le livre mêle les souvenirs autobiographiques et les réflexions sur la pédagogie, sur les dysfonctionnements de l'institution scolaire, sur le rôle des parents et de la famille, sur le jeunisme dévastateur, sur le rôle de la télévision et des modes de communication modernes, sur la soif de savoir et d'apprendre qui, contrairement aux idées reçues, anime les jeunes d'aujourd' hui comme ceux d'hier.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :